Épisode zombie #20

Épisode zombie #20

Aaaaaaarrrgghhh! Oh non! Des contaminés!

Probablement la phrase que j'ai entendu le plus souvent en ce soir du 16 janvier. Sérieusement, qui n'aime pas se battre contre des zombies, mourir, revenir en zombie, tuer ses compagnons, ressusciter et revenir tuer quelques contaminés? 

Un peu plus de trois heures non-stop à courir et se battre contre des Zombies avec un grand Z, voilà ce que vous offre les épisodes zombies organisé par Hérole. Voyons voir de plus prêts cette soirée.

Mise en situation: nous sommes les survivants d'une apocalypse zombiesque à l'échelle planétaire. Les humains ont formé des groupes et tentes tant bien que mal de survivre, d'effectuer des missions pour des commanditaires ou tout simplement de chasser les zombies et autres monstres du monde.

Le jeu à la base est simple. Vous avez le droit d'emporter des lanceurs de fléchettes style Nerf, des armes de mêlée pour GN et vos jambes pour courir. (Les jambes sont très utile, essayez de ne pas les oublier) Vous mourrez avec un coup au corps ou trois blessures aux membres. Les zombies, quant à eux, sont plus résistants. Cinq coups au tronc sont nécessaire pour les obliger à se coucher à terre. Les contaminés ne nécessite que 2 coups au tronc, supposément, mais j'ai eu l'impression toute la soirée qu'ils ne se couchaient qu'après le cinquième. Peut-être simplement l'adrénaline aussi.

Dernière chose, les mutants. Zombies surpuissant, capable de courir et totalement invulnérable. Seul solution, courir! Courir très vite et dommage pour les retardataires. Aux nombres de deux durant notre soirée, ils nous ont donné des sueurs froides tout le long. Peu importe quelle direction nous prenions, ils semblaient être partout.

 Alors, nous sommes arrivé en retard moi, ma conjointe, un ami et sa copine. Pas grave, le temps que tout le monde se prépare nous étions paré également. Quelques uns des membres de mon équipes étaient présent avec leurs invités également. Surprise! Un de mes gars se déguise en vache...Bon il va le regretter plus tard puisqu'il était une cible facile.

Le départ est donné pour notre groupe. Nous accompagnions la chef des rescapés et lui servont de protection. Arrivé au deuxième étage, elle rentre dans le local de la sentinelle ou du marchand. Franchement, je sais plus qui était qui. Voilà la première fois ou j'ai entendu la phrase: " Attention des contaminés!" Et la c'est parti en couille (pardonné l'expression) et ce, pour le restant de la soirée.

En entendant ceci, mouvement de panique et tous essayent de sortir. Nous faisons comme tout le monde et nous perdons 2-3 gars déjà. Je vous ai dit que ma copine était là? Et bien c'était une des deux ou trois seule fois où nous nous retrouvions ensemble. Je reprends le contrôle de mes troupes et nous essayons de rejoindre notre objectif (protéger la chef).

Ce fut une répétition de ce moment durant les deux heures suivantes. Bataille épique contre les zombies et la légion, course pour se sauver des mutants et des contaminés. Un moment donné, me suis tanné. Je ne suis plus en forme et courir comme des têtes pas de poule n'est pas dans mes habitudes ni dans mes gênes. J’entraîne mes hommes d'une meilleur façons que ça!

Changement de plan pour le restant de la soirée, on ne recule plus sauf contre les mutants. Pas ben ben le choix, sont pas tuable. À partir de cet instant nous avons eu beaucoup moins de perte et nous avons accompli beaucoup plus d'objectif. Prochaine fois, nous serons prêts!

La beauté de cet activité c'est qu'elle est ouverte à tous. Nous avions des jeunes accompagnez de leurs parents, des loners, des groupes plus ou moins officielles, gars, filles de tout âge. L'activité se déroulait à l'intérieur de trois ailes du cégep de trois-rivière et oui, j'ai passé la soirée à demandé si quelqu'un avait vu ma femme.

Les missions sont simples mais la présence de groupes ennemies sans compter les zombies, complique beaucoup les choses. De plus, Hérole encourage le role play et le meta-gaming. Il n'a qu'à voir les messages échangé sur leur groupe officielle ou la réaction de nos cibles, héhé, durant la partie.

Le fait que les armes soit des nerfs permet d'éliminé l’appréhension de se faire mal tout en gardant le niveau d'adrénaline élevé. La difficulté d'adaptation pour les joueurs de milsim se retrouve au niveau de la cible. Il est interdit de viser la tête. Pas de cris "Headshot!" durant la soirée. Dommage...

En résumé, une soirée fantastique, bien rodé, dont le coût est parfaitement acceptable pour un événement de cet envergure. Je serais partant pour y retourner n'importe quand et en faire de plus long.

 

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire